Il y avait du transport scolaire à FACE ?

L’école FACE a fêté en 2015/2016 le 40e anniversaire de son programme Beaux-Arts. Historiquement, l’école a toujours bénéficié d’un service de transport scolaire, d’abord sous la tutelle du PSBGM, puis de la CSDM dès 1997/1998.  Cette situation était considérée un droit acquis, malgré que FACE n’était pas une école de quartier. Les élèves EMSB qui fréquentent FACE étaient également transportés, portant le total autour de 350 enfants inscrits chaque année.

Dans les derniers jours d’avril 2015, notre commissaire scolaire est venue à notre rencontre lors d’une réunion OPP pour nous informer des discussions en cours à la CSDM sur la modification de la Politique de transport selon laquelle FACE perdrait le service de transport à compter de septembre 2016. L’année scolaire 2015-2016 serait considérée comme une année de « grâce » puisque les inscriptions étaient déjà faites sur la base de l’octroi de ce service. Cette nouvelle politique mettait un terme à une exception dont bénéficiait FACE et 2 autres écoles en libre-choix depuis 1998.

Quelles ont été les actions de l'OPP face à cette annonce ?

En réaction à cela, lundi 4 mai 2015, avec l’accord de la direction de l’école, des bénévoles de l’OPP ont distribué un feuillet aux enfants qui descendaient du bus à 7h30, afin de communiquer l’information à leurs parents. Pendant les jours suivants, nous avons recueilli des commentaires des parents. La représentante des parents de FACE auprès du Comité central des Parents de la CSDM est allée porter ces commentaires à la réunion du Comité central des Parents (CCP) prévue le 7 mai, qui se penchait sur la nouvelle Politique d’admission et de transport scolaire de la CSDM. Si ce n’avait été de sa présence et de son intervention, le sujet du transport n’aurait même pas été abordé.

Le 13 mai nous avons obtenu une audience au Conseil des commissaires de la CSDM, où notre représentante et 4 autres parents sont allés parler des problèmes que cette coupure va engendrer pour de très nombreuses familles à Face. À ce moment-là, plus de 350 élèves de 4-11 ans étaient inscrits. À ce Conseil des commissaires, il nous a été dit qu’en démontrant une mobilisation forte, appuyée par des chiffres, nous pourrions peut-être inverser la tendance pour notre école : en 4 jours, des bénévoles de l’OPP et parents concernés par la coupure du transport ont donc monté un sondage électronique bilingue, tenu sur 4 jours, auprès des parents utilisateurs afin d’avoir une meilleure idée de la position que nous allions défendre et des concessions qu’ils seraient prêts à faire si nous étions mis face à des choix.

Ce sondage a reçu un taux de réponse de 77%, et sans surprises, 85% des parents souhaitaient le maintien de ce service, même s’il devait devenir payant. Forts de ces chiffres, nous avons continué nos représentations auprès de la CSDM et fini par obtenir une rencontre avec les gestionnaires du transport le 1er juin 2015. Vous pouvez lire un compte-rendu de cette rencontre ici.

Le 17 juin se tenait le Conseil des commissaires lors duquel le vote de la nouvelle politique de transport devait avoir lieu. Environ une quinzaine de parents de FACE étaient présents et massés au micro pour dénoncer vigoureusement cette nouvelle politique et les conséquences qu’elle engendrerait pour nos familles. Nous étions le plus gros groupe de parents mobilisés et avons été applaudis par l’assistance. Le vote s’est finalement tenu au Conseil des commissaires du 26 septembre 2015, et la nouvelle politique de transport stipule désormais que les écoles en libre-choix (FACE et 2 autres écoles) ne bénéficient plus du service de transport scolaire à compter de septembre 2016. Le 8 décembre 2015, s’est tenue à l’école la première réunion du Comité transport, qui a accueilli une 40aine de personnes venues mettre en commun leurs idées d’alternatives. Vous pouvez lire un compte-rendu rapide ici.

Face à cette nouvelle réalité, l’OPP a mis à la disposition des parents la plateforme de co-transport (lancée en septembre 2015) et travaille depuis le printemps 2016, en collaboration avec la direction et la Société canadienne de lutte contre le cancer, à la mise sur pieds d’un « Trottibus » adapté aux besoins de nos élèves — un autobus qui marche… en bus et en métro.

Et maintenant ? La Coalition des parents pour le transport scolaire

Anne-Karine Tremblay, maman très engagée sur le dossier, a rejoint les représentants des 2 autres écoles qui perdaient leur service de transport scolaire : Fernand-Séguin et Atelier. Ensemble, ils ont fait plusieurs représentations auprès de la CSDM, puis du ministère de l’Éducation, pour l’instant en vain.

Mais ils n’ont pas dit leur dernier mot : ils ont mis sur pieds la Coalition des parents pour le transport scolaire. Visitez le www.coalitiontransportscolaire.org pour en apprendre plus sur leurs actions. Leurs revendications touchent à la reconnaissance du caractère spécifique de l’île de Montréal dans l’offre de services de transport scolaire pour les plus jeunes de nos enfants, et réclament un investissement budgétaire adéquat de la part du ministère afin de financer ce transport à la hauteur de ses coûts réels dans la métropole. Ils continuent actuellement leurs démarches tant politiques qu’organisationnelles dans l’espoir de remettre sur pied ce service essentiel pour de nombreuses familles.

À suivre à l’automne 2016 !

Pour devenir membre de la Coalition, suivre et soutenir leurs démarches, inscrivez-vous à la liste d’envoi Sauvons nos autobus au http://archives.simplelists.com/subscribe/sauvons-nos-autobus